Si la défense de la laïcité est une nécessité, le risque d’en faire un dogme existe-t-il ?

« Si la défense de la laïcité est une nécessité, le risque d’en faire un dogme existe-t-il ? »

La loi 1905 a plus d’un siècle d’existence, il serait peut-être bon, non pas de faire une nouvelle définition de la laïcité, mais une nouvelle présentation de celle-ci, en recherchant dans la richesse de notre vocabulaire, les termes les plus appropriés, qui ne laisseront aucun doute à nos interlocuteurs. Le monde a évolué, la laïcité serait-elle en décalage avec la société ? Associons la richesse de notre vocabulaire avec celle de l’image, pourquoi pas une BD !

Il ne devrait pas  avoir de combat pour ou contre sur cette loi. Tout simplement l’accepter comme elle est avec beaucoup de tolérance, nous y sommes très attachés. La  laïcité, c’est l’ouverture à la cohabitation, le vivre ensemble qui réunit une nation multiconfessionnelle, agnostique et athée. Le plus difficile c’est de trouver le juste équilibre en comportement et propos. Beaucoup veulent s’approprier cette laïcité à des fins personnelles ou idéologiques et déforment ses objectifs, avec les différents sursauts identitaires, en oubliant tout simplement la démocratie, en s’engouffrant dans le dogmatisme peut-être sans s’en rendre compte ou alors consciemment rendant cet idéal dangereux. C’est la mise en évidence des pires dérives favorisant un retour vers l’obscurantisme. Il faut, au contraire, bien en préciser son juste sens et ses limites pour bien lui conserver la dimension de sa véritable valeur.

La laïcité ne s’oppose ni s’impose, elle offre la liberté de pensée. Un laïque peut être athée, un indifférant ou un croyant. La laïcité concerne de ce fait l’ensemble des citoyens.  Mais attention un défenseur pur et dur de la laïcité peut en toute bonne foi, mais avec maladresse  en faire tout simplement un dogme dans ses propos. Dogmatiser la laïcité, c’est la priver de ses valeurs et de l’empêcher de faire progresser la société.

Malheureusement le risque existe, pour cela notre devoir est d’être vigilant, d’apaiser le débat et de l’amener sur le chemin du questionnement et de la réflexion.
Soyons plus imaginatifs et plus subtils pour le bien de la laïcité.

Nous avons dit.
Le rapporteur Robert Ler

Laisser un commentaire