Comment nous Francs-Maçons pouvons-nous faire partager à la société nos valeurs ?

« Comment nous Francs-Maçons pouvons-nous faire partager à la société nos valeurs ? »

Tant la franc-maçonnerie est riche et diversifiée qu’il convient de faire partager à la société,  nos valeurs les plus universelles, comme l’humanisme, le respect, la tolérance, les fondamentaux de la République et la méfiance des extrêmes.

Ce sont des valeurs fédératrices dans toute la franc-maçonnerie et portées par nos rituels et nos symboles.
Nous pensons que le partage de nos réflexions spéculatives dans le monde profane implique une démarche opérative. Le maçon n’est pas habitué à exposer ses valeurs hors du Temple.
Restituer des valeurs philosophiques et  profondément morales dans la société  n’est pas une qualité innée, elle s’apprend et elle se perfectionne.
Le savoir et la maitrise s’acquièrent  par l’assiduité en atelier, par la formation, par les échanges de travail entre les maçons et enfin par la recherche personnelle.
Sans vouloir transformer un maçon en sophiste, il convient que le maçon maitrise au mieux les méandres intellectuels d’un détracteur ou d’un dubitatif  profane pour le ramener à la substance essentielle des idées et des valeurs.
Meilleure sera la formation du maçon, meilleure sera sa maitrise des messages et meilleure sera son exemplarité dans le monde profane.
Dans la continuité de la démarche personnelle du maçon, il faut  perfectionner la communication des groupes de maçons.
Les moyens de mise en œuvre sont connus et à multiplier. Ils sont le lobbying auprès des instances dirigeantes, les conférences à des dizaines, des centaines d’auditeurs et les actions ciblées de communication de masse.

Nous devons gérer trois difficultés :
Une première difficulté interne : savoir concilier notre éthique de discrétion avec  la diffusion de nos valeurs,  hors des loges.
Une seconde  externe : faire admettre la position de la franc maçonnerie comme une  référence sociétale et agir pour que la société soit à l’attente de nos positions,  non pas comme un contre-pouvoir mais comme un avis impartial au-dessus des partis et des préjugés.
C’est être remarquable puis être remarqué afin de développer dans la Cité des relais d’appropriation de quelques-unes de nos valeurs en une chaine de diffusion profane.
La troisième est de ne pas alimenter l’anti-maçonnisme et la caricature.

La première difficulté ne doit pas en être une, car la discrétion est bien une de nos valeurs.  Cependant dans les pays anglo-saxons et au Canada, la franc-maçonnerie s’affiche davantage que chez nous, preuve que notre discrétion, culturelle et historique peut évoluer.

Justement la troisième difficulté se résout  par la discrétion, que le monde profane doit distinguer du secret. Il faut faire preuve de pédagogie  autour de nos valeurs et se garder de tout excès de nombrilisme. Une pédagogie au ton juste est d’autant plus importante que notre société affronte une crise provoquant une certaine intolérance et la dispersion de l’écoute.

La seconde difficulté est un véritable challenge à relever, par l’Obédience et au niveau local.
Les loges seules ou à plusieurs, en mutualisant leurs ressources,  doivent organiser davantage de conférences, de tenues blanches et d’actions locales, à l’instar des journées du patrimoine, qui trouvent un excellent accueil auprès des citoyens.
Toutefois, pour mieux encadrer ces échanges avec le monde profane, il conviendrait de former parmi les frères et sœurs d’une région, un groupe de communicants patentés.
La présence de représentants de la Franc-maçonnerie lors de cérémonies et des commémorations républicaines contribue à la visibilité de nos valeurs.
En plus de la tournée du Grand Maître et de ses conférences publiques, l’Obédience doit encourager et aider les initiatives locales en proposant aux conférenciers de la rue Cadet des interventions en région.
Il est prouvé que des associations locales regroupant des experts maçons et profanes sur des sujets pointus (bioéthique, développement et économie durable, la dépendance et autres sujets sociétaux comme la civilité, l’éducation)  produisant un travail de qualité, diffusable au grand public, valorisent l’image de la franc maçonnerie.
Les dates et les thèmes des conférences et exposés de travaux doivent être mieux annoncés dans les média régionaux pour accroitre le nombre de participants notamment profanes.
Enfin il conviendrait que l’Obédience réfléchisse à une utilisation moderne des réseaux sociaux, qui à l’image de Facebook, permettent de « toucher » un large public profane.
L’idée du manifeste 6013, certes généreuse, n’était pas adaptée. Retenons en l’impérieuse participation proactive des loges, le temps de la réflexion  en rapport avec la profondeur des sujets, lesquels doivent être choisis parmi les plus rassembleurs  et enfin concevons des messages clairs.

L’exemplarité et la qualité du maçon en loge s’applique à toute l’Obédience.

Nous avons dit.
Les rapporteurs Guy Hol et Gérald And

Une réponse à to “Comment nous Francs-Maçons pouvons-nous faire partager à la société nos valeurs ?”

  • Les traits caractéristiques qui distinguent un vrai Franc-maçon doivent être la Vertu, l’Honneur et la Solidarité. Puissent ces vertus reposer a jamais dans le cœur de chacun d’entre nous.

Laisser un commentaire